Project Image

Spam 1

Parution: 26.11.2020 & 30.11.2020

Afrika Diva Collectif

RTNC, 26.11.2020 22:00–23:00 (GMT +1) : Kinshasa 100.0
Radio Okapi, 30.11.2020 18:00 (GMT +1) : Kinshasa 103.5 / Bunia 104.9 / Bukavu 95.3 / Goma 95.5 / Kindu 103.0 / Kisangani 94.8 / Lubumbashi 95.8 / Matadi 102.0 / Mbandaka 103.0 / Mbuji-Mayi 93.8

Le 26 novembre, le projet SPAM publiera sa première émission. L’Afrika Diva Collectif rassemble cinq artistes femmes de plusieurs disciplines pour marquer le début du projet. Que peut signifier être une femme* à Kinshasa ? Comment le corps d’une femme* se déplace-t-il dans cette mégapole, à quelles actions et réactions est-il associé — quelles idées préconçues passent avant ou après elle ? Comment ressent-on le regard des nombreux médias consommés au quotidien ? Quel rôle jouent les vêtements et la mode dans tout cela ? Qu’est-ce que la beauté ? Le collectif discutera des pressions sociales et de leur impact sur le corps des femmes*, en tant que spam quotidien (du jour au jour et de nuit à nuit) qui a un impact sur la vie et se déplace sur de nombreuses échelles de violence. L’Afrika Diva Collectif active ainsi un format éprouvé qu’il pratique depuis de nombreuses années : des rassemblements entre femmes* qui se soutiennent mutuellement et des conversations qui défont les poids puissants qui pèsent sur nous.

Bernie Bobina Mpia

Originaire de la R. D. Congo et née en Allemagne, Bernie Bobina Mpia (alias BMB Voix d’Ange) est une musicienne atypique, issue de l’Institut National des Arts de Kinshasa (INA), et animatrice de télé et radio à la RTGA (Radio Television Groupe Avenir). Elle chante dans toutes les langues nationales de la R. D. Congo. Son genre musical est un mélange de gospel, de R’N’B et de la musique folk congolaise, créant une énergie singulière avec des rythmes originaires de son pays. La profondeur de ses textes tient de la vie quotidienne congolaise, des cultures et réalités de sa tribu, et des observations de faits sociaux qui l’entourent. Depuis 2000, elle évolue aux côtés de la rappeuse Orakle Ngoy et l’accompagne à plusieurs festivals ainsi que de nombreux projets. Elle est secrétaire d’Afrika Diva Collectif, où elle mène des débats contre l’oppression de la femme.

Gina Ndaya

Gina Ndaya travaille et habite à Kinshasa en tant que styliste diplômée de l’Institut National des Préparations Professionnelles (INPP). Son regard sur le vêtement et la mode est profond: pour Gina Ndaya, les vêtements sont un véhicule pour la légèreté et la fluidité. L’habit, selon elle, a un rôle important à jouer dans le quotidien: apporter l’aisance, le confort, le toucher. Dans sa perspective, un monde mieux habillé est aussi un meilleur monde, parce qu’un bon habit peut nous libérer des contraintes intérieures et extérieurs – il peut nous donner la fierté et la confiance en soi. C’est ici qu’elle voit la fonction de l’habit: elle le compare à un passeport, le passeport d’être soi-même. Dans cette même logique, elle explore les esthétiques et la valorisation des produits africains.

Sarah Ndele

Sarah Ndele, née à Kinshasa, est artiste plasticienne diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa. Son champ de travail est large, elle s’exprime à travers les sculptures, la peinture, les performances, et s’est récemment lancée dans l’écriture. À travers l’héritage de la révolutionnaire anti-coloniale et prophétesse syncrétique, Kimpa Vita (1684–1706), Sarah Ndele explore l’idée de la mémoire, des racines et de l’éducation. Ainsi elle entame une recherche rigoureuse dans l’art Kongo. Ses origines Yombe l’ont menés à travailler sur les masques dits traditionnels – pour métaphoriquement « entretenir les racines ». Elle surnomme sa technique « matsuela » (signifiant « larmes »), pour exprimer la dualité créative de celles-ci et en y voyant une possibilité de la reconstruction d’une nouvelle Afrique, complètement indépendante. Son art a été montré dans plusieurs contextes; en R. D. Congo et ailleurs (Centre Wallonie Bruxelles, Ambassade de la Grande-Bretagne, VITO, Artkeo, Musée Bandjoun Station, Instiut Français, Kinact – Rencontres Internationales des Performeurs, CNPP Kinshasa, Ndaku Ya La Vie Est Belle, Yango Biennal 2). Femme très active dans la scène culturelle à Kinshasa, Sarah Ndele a récemment coordonner le festival Kasala: Dans l’Âme de la Femme. Elle est actuellement résidente dans la coopérative d’artistes Ndaku Ya La Vie Est Belle.

Soraya Odia

Soraya Odia est auteure, slameuse et blogueuse congolaise, diplômée en gestion de projets. Elle a fait ses débuts dans le monde littéraire en 2012 en décrochant le troisième prix dans le concours des Plumes Conscientes. En 2017, elle revient sur la scène littéraire comme slameuse avec Lipoposlam. Depuis lors elle participe à plusieurs projets dans le milieu littéraire en évoluant par example avec Aperoesie et Concert de mots qui sont des organisations promouvant les belles lettres à Kinshasa. Soraya a également participé à des ateliers d’écriture organisés par l’Institut Français de Kinshasa et le Tarmac des auteurs. En tant qu’activiste littéraire, Soraya a créé le blog littéraire Majuscaux en 2017, suivi d’une chaîne YouTube du même nom en 2020, pour partager ses lectures et faire la promotion de la littérature auprès de ses compatriotes. Par le biais d’une série photographique, son succès sur les réseaux sociaux s’est vite déclenché, lui valant le surnom de « vendeuse des livres ». Depuis Mai 2020, elle tient une bibliothèque circulante dans la ville de Kinshasa.

Orakle Ngoy

Orakle Ngoy (*1981) est avocate licensiée, rappeuse, musicienne, compositeur, interprète, chef de projet, producteur, activiste et mère. Depuis de nombreuses années, elle s’exprime contre la haine, le sexisme, l’inégalité et la violence. Son art est le rap, un appel hardcore aux Kinois-e-s pour le respect des « Mamans », des Congolaises et de toutes les femmes. Sa musique est à son image, un mélange de gaieté, de ghetto et de réalités kinoises, mêlant les styles musicaux congolais, le folk et les performances artistiques. Elle est membre de plusieurs groupes de rap kinois, comme Les Enfoirés et Rage Familia. Depuis 2018, elle est vice-présidente du comité de Arterial Network à Kinshasa. Elle a participé à de nombreux projets à l’intérieur et à l’extérieur des frontières du Congo (pour n’en citer que quelques-uns) : Yambi, ACUD Macht Neu, Berlin et Kinshasa, 2019 ; Spinning Triangles, S A V V Y Contemporary, Berlin et Kinshasa, 2019 ; Punch Agathe, Pumpenhaus, Münster et Stuttgart, 2019 ; Concerts à Tunis (Journées Musicales de Carthage, 2018) ; Brazzaville (Mbote Hip-Hop, 2018) ; Dakar (Afropolitan, 2018) etc. Depuis 2018, elle dirige le festival Yambi City, réalisé avec les membres de Afrika Diva Collectif, qu’elle a créé en 2014.